Dossier Boulos: Le MTVAyiti réagit

Dossier Boulos: Le MTVAyiti réagit.

Dans une note de presse datée du 3 Juillet, signé par Shultz Simpssie Cazir , Secrétaire général du parti, le Mouvement troisième voie manifeste sa solidarité au Dr. Réginald Boulos, et condamne avec fermeté l’ordre de recherche émis contre ce dernier par l’ULCC.

Après la publication de la note de ULCC, la réaction explicite de l’office Nationale d’assurance-vieillesse vient mettre le feu au poudre, et suscite une réaction concrète des partisans de l’homme d’affaires. En effet les accusations portées contre M. Boulos aparaît noir sur blanc dans la déclaration de l’ONA ;” L’Office National d’Assurance-Vieillesse (ONA) condamne avec véhémence le détournement de ses fonds du montant D’UN MILLION de DOLLARS AMERICAINS ( 1.000.000.00 USD) par la société Real
Business Investment SA. entreprise appartenant au sieur Pierre Réginald Boulos dans le cadre d’un projet fictif de construction de logements sociaux à Fermathe, monté en 2018 en dehors des normes prescrites“, ses propos fustigent les proches de l’accusé. Cette note dûment signé par Jemley Marc JEAN BAPTISTE Directeur Général a.i de l’institution sera suivie de celle de la MTVAyiti, moins de 24 après sa publication.

Le secrétaire général de la MTVAyiti n’y est pas aller de main morte. On peut lire des expressions fermes et des propos assez catégoriques; “procédures bancales et abusives; fonctionnaires sans éthique; bourreau aveugle“. Sans aller par quatre chemin, le parti reproche à L’ULCC en tant qu’organe étatique en charge de la lutte contre la corruption, se laisser
corrompre au point de sortir intempestivement de son rôle d’enquéteur impartial pour s’ériger en juge et en bourreau aveugle.

La position des membres de MTVAyiti est claire et sans détour, toutefois le parti se montre en faveur des enquêtes menées par L’ULCC , il le manifeste en ces termes; “Le MTVAyiti reconnait qu’il y a dans ce pays un besoin de justice et s’est toujours prononcé pour la transparence et la tenue d’enquêtes et d’éventuels procès autour de tous les cas de corruption qui alimentent la clameur publique”. Les leaders du mouvement rappellant que c’est le moment de la révolution, clame à une instrumentalisation de L’ULCC à des fins politiques: ” …en aucun cas la justice ne doit se transformer en instrument pour harasser et pourchasser des adversaires politiques. Une autre preuve… que ce pouvoir de facto s’est transformé en dictature féroce qui a avili la police, qui a adopter les gangs et qui maintenant arréte et tue à satiété. A qui le prochain tour? La population haïtienne, forte de sa maturité politique a bien compris que I’heure est à la révolte” peut-on lire dans la note de presse.

L’acte posé par L’ONA.

Ce feuilleton est marqué d’un fait hors du commun. Il était rare jusqu’à ce jour qu’une institution étatique soutienne publiquement une enquête de L’ULCC, en faisant personnalité, en mentionnant et projet et montant. Les rapports sur la gestion des milliards de Petrocaribe était surtout marqué par l’absence d’accusations formelles des organes publics co-gestionnaires de la distribution des fonds. Alors que la liste des fraudeurs était connue de tous, aucune institution publique ne s’était manifestée pour corroborer les enquêtes de L’unité de lutte contre la corruption en pointant du doigt une personne précisément, ce qui permettrait plus rapidement d’aboutir à un procès.

Le peuple haïtien assis dans les gradins regarde le match , et est en droit de se demander si c’est enfin le début significatif du grand combat tant promis par le gouvernement contre la corruption , ou si c’est encore une magouille au profit du régime politique actuel.

 

admin