Haïti à l’orient, l’OEA à l’occident. Ne sommes-nous pas encore qualifié pour une nouvelle MINUSTAH?

Haïti à l’orient, l’OEA à l’occident.
Ne sommes-nous pas encore qualifié pour une nouvelle MINUSTAH?

Alors que l’insécurité est plus inquiétante qu’en 2004, l’OEA tarde à donner une réplique équivalente à celle des Nations Unies. Sans oublier les faiblesses de la MINUSTAH, il est clair que le pays a besoin d’une aide militaire d’urgence à la limite des promesses de l’OEA.

La police nationale d’Haïti a confirmé mercredi qu’au moins 15 personnes avaient été tuées durant la nuit dont un journaliste de radio, Diego Charles , et la militante politique de 33 ans Marie-Antoinette Duclaire. Les autres meurtres, dont celui du porte-parole du syndicat de la police Guerby Geffrard plus tôt mardi, ont eu lieu dans le quartier de Delmas 32. Pour certains médias, entre le drame de Delmas 32 , et de Christ-Roi le bilan dépasse les 20 morts. Les cadavres ensanglantés étaient toujours au sol mercredi matin, et des images circulaient sur les réseaux sociaux.

La mission politique de l’Organisation des États américains qui était présente du 8 au 15 juin sur le territoire, se contente de recommander au président haïtien Jovenel Moïse de nommer rapidement un nouveau premier ministre et un nouveau cabinet, de prendre d’urgence des mesures pour instaurer un climat de sécurité et de nommer un nouvel organe électoral afin qu’Haïti puisse tenir des élections législatives, locales et présidentielles avant la fin de l’année.
Son rapport a montré de l’optimisme à la fois sur la solution à la crise politique et constitutionnelle haïtienne en cours et sur le rôle que l’OEA peut jouer, mais ses conclusions ont été rejetées par certains groupes d’opposition en Haïti.

Les réactions sur rapport de la mission de l’OEA en Haïti.

Du 8 au 15 Juin, les membres de l’OEA ont rencontré divers dirigeants politiques et civiques. Certains dirigeants haïtiens ont refusé de rencontrer l’OEA, mais cela n’a pas été reflété dans le rapport, qui demande qu’un nouveau gouvernement siège au plus tard à la mi-juillet. Il rejette l’idée d’un gouvernement de transition remplaçant Moïse, qui, au cours de ses quatre ans et quatre mois au pouvoir, n’a pas réussi à organiser une seule élection.
« Pour atteindre ces objectifs, le dialogue entre les secteurs concernés de la société haïtienne doit avancer avec un sentiment d’urgence et dans un esprit de compromis », indique le rapport. Lors d’une audition mercredi, la plupart des orateurs, y compris les États-Unis, ont salué le rapport comme « une feuille de route » pour remettre le pays sur la voie de la démocratie.

Cependant, les délégations de Sainte-Lucie et d’Antigua-et-Barbuda se sont dites préoccupées par le fait que l’échec de la mission à faciliter le dialogue tel qu’énoncé dans ses ordres de marche signifiait que la visite ne pouvait être considérée comme un succès.
« Ma délégation craint que cet engagement n’a peut-être pas été aussi efficace qu’elle aurait pu l’être », a déclaré l’ambassadeur de Sainte-Lucie Anton Edmunds, qui voulait savoir quelles mesures la délégation proposait pour faire parler toutes les parties.

Le représentant permanent alternatif d’Antigua-et-Barbuda auprès de la mission était beaucoup plus direct
« À en juger par le rapport, il semble qu’aucun dialogue n’a été facilité », a déclaré Gillian Joseph, remplaçant l’ambassadeur Sir Ronald Sanders, qui présidait la réunion et a ensuite fait circuler trois lettres d’objection au rapport de l’opposition haïtienne. “Il n’y a eu aucune réunion entre les parties… A aucun moment il n’y a eu de dialogue entre le président et les parties prenantes.”
Joseph a ensuite noté que dans le rapport, “Moïse a admis qu’il n’y avait pas eu de dialogue officiel’ mais il continue de parler aux secteurs politiques et privés qu’il n’a pas identifiés. »
L’échec de la mission à décrire comment ses recommandations peuvent être mises en œuvre d’ici la mi-juillet « sans véritable dialogue ni engagement de toutes les parties prenantes », a été une lacune, en particulier compte tenu de la l’aggravation de la crise humanitaire et sécuritaire du pays, a-t-elle déclaré, notant le meurtre de plusieurs Haïtiens mercredi soir.

Dans un communiqué, le Premier ministre par intérim Claude Joseph a condamné les meurtres. Lors d’une conférence de presse, la police par intérim Léon Charles a imputé les décès, y compris celui du journaliste et militant, aux alliés de Geffrard, qui, selon Léon Charles, ont commis un meurtre par vengeance.
Bradley Freden, le représentant par intérim des États-Unis auprès de l’OEA, Malgré la décision « louable » du gouvernement haïtien d’augmenter le budget de la police en septembre 2020, les États-Unis restent préoccupés par le manque de ressources consacrées à l’application de la loi « dans un pays en proie à la violence des gangs ».
Les États-Unis sont également « profondément préoccupé », a-t-il dit, par « la corruption en cours, les besoins humanitaires croissants et le manque d’action efficace du gouvernement haïtien pour assurer la responsabilité dans la liste croissante des cas emblématiques d’abus des droits de l’homme. »
Freden a insisté sur le fait que toutes les recommandations, y compris un nouveau gouvernement d’ici la mi-juillet, « réussissent à organiser des élections critiques en Haïti. n, a déclaré « franchement, il est impossible pour Moïse de répondre à ces demandes dans les conditions d’aujourd’hui. »
« Il est temps que le gouvernement de facto actuel d’Haïti accepte le fait qu’il a perdu la crédibilité et la capacité d’apporter des éléments politiques pour un gouvernement consensuel et un conseil électoral qui inspirent confiance », a déclaré Tardieu. « La crise et l’impasse haïtiennes sont totales. Le pire est encore à venir et il est temps que la communauté internationale le comprenne. » a-t-il ajouté.
L’ambassadeur d’Haïti Bocchit Edmond n’était pas d’accord. Moïse se félicite du rapport et espère annoncer un nouveau gouvernement avant la fin de la semaine, a-t-il déclaré.
Nous soutenons ce rapport et nous pensons qu’il s’aligne sur les éléments importants que nous jugeons essentiels“, a déclaré Edmond, dynamitant plus tard l’étiquette de corruption attribuée à Haïti et notant qu’Haïti n’est pas le seul pays de l’hémisphère avec un problème de violence. « Le rapport rejette toute tentative de coup d’État. »
Edmond a mentionné que le gouvernement haïtien avait publié un nouveau calendrier électoral cette semaine, le référendum constitutionnel reporté du 27 juin ayant désormais lieu le 26 septembre, le même jour que le premier tour prévu des élections législatives, présidentielles et locales.
Dans une déclaration mercredi, les membres d’un nouveau caucus d’Haïti au Congrès américain ont fustigé la décision du référendum et le rapport de l’OEA, qui, selon eux, les ont “profondément troublés“.
Ce rapport échoue pour offrir une analyse complète et impartiale de la crise actuelle. Il n’inclut pas de plan clair pour garantir des élections haïtiennes sûres, libres, justes et crédibles », a déclaré le Caucus. « Le rapport n’appelle pas non plus à l’annulation d’un référendum constitutionnel prévu, largement considéré comme inconstitutionnel. Nous craignons que de telles évaluations ne fassent rien pour favoriser la stabilité, la paix, le respect des droits de l’homme…”

Tant que Moïse insistera pour tenir le référendum constitutionnel cette année, « les conditions du dialogue politique et de la réconciliation ne pourront pas être réunies ».

 

admin