ITALIE : Fermeture d’un établissement de robots sexuels

Actualités Technologie
Publicités

Fermeture de l’établissement de robots sexuels Lumi Dolls à Turin, quelques jours après son ouverture. La maison close, qui disposait de huit poupées sexuelles à disposition des clients, n’est pas en conformité avec la loi italienne.

Seulement neuf jours après avoir ouvert ses portes : une maison close de poupées sexuelles a été contrainte à la fermeture le 12 septembre 2018 en Italie.

Les autorités italiennes ont investi le lieu et elle a dû cesser son activité, peut-on lire sur Daily Mail le 13 septembre.

LumiDolls Torino, la maison close était une franchise de LumiDolls, qui a déjà installé des boites similaires à Barcelone ainsi qu’à Moscou. Celle de Turin était composée de huit sales privées dans lesquelles avaient été installées des poupées robots en silicone.

Les autorités italiennes ont estimé que le lieu n’était pas en conformité avec les lois nationales concernant la location de logements.


Par ailleurs, la ville de Turin s’intéresse à l’hygiène et aux soins apportés à ces robots sexuels : il n’est pas certain que les gérants de LumiDolls Torino aient nettoyé assez consciencieusement les objets après leurs utilisations par des visiteurs du lieu…

Il n’est toutefois pas certains que cet établissement pourra relancer ses activités même étant en conformité avec la loi.

Le 3 septembre, lors de l’ouverture de cette première maison close italienne de poupées sexuelles, ses gérants annonçaient que les huit robots disponibles — sept poupées féminines et une masculine — avaient déjà été réservés depuis plusieurs semaines. La maison close avait établi le prix de location d’une poupée à 80 euros par heure. La poupée la plus chère de l’établissement aurait coûté 2 000 euros, selon le Daily Mail.

Facebook Comments
Publicités