L’ambassadeur d’Haïti en Espagne condamne l’assassinat du président, et appelle à “un tournant” vers la “cohésion”

L’ambassadeur d’Haïti en Espagne condamne l’assassinat du président, et appelle à “un tournant” vers la “cohésion“.

Nous devons travailler pour que la démocratie et le droit prévalent“, tels sont les propos de Louis Marie Montfort, Ambassadeur d’Haïti en Espagne, en réaction à l’attentat contre la famille Moïse à la résidence présidentielle, dont le chef d’État en a perdu la vie. Le représentant de l’Espagne condamn l’assassinat ce jeudi du président haïtien, Jovenel Moise, et espère que « la démocratie l’emportera » sur toute divergence politique, pour laquelle il espère que ce meurtre servira au moins de “tournant” vers la “cohésion” sociale souhaitée.

« Nous ne nous attendions pas à de telles nouvelles », a reconnu Montfort, dans une interview à Europa Press quelques heures après que le Premier ministre par intérim d’Haïti, Claude Joseph, a confirmé le meurtre de Moise lors d’une attaque contre sa résidence privée dans la région de Pétionville, dans la région métropolitaine. de Port-au-Prince.

L’ambassadeur, qui s’est reconnu affecté par l’actualité, a souligné que « la vie civique est sacrée » et que « le jeu démocratique ne doit pas en arriver là », ce qui plonge Haïti dans un nouveau scénario d’incertitude politique et aggrave une spirale de tensions qui en théorie devrait être résolu avec les élections.

L’assassinat du président, selon Montfort, pourrait être “un tournant“. « Que tous les Haïtiens se rendent compte que nous nous battons depuis longtemps. Nous devons mettre de côté nos différences pour avancer vers une nation véritablement démocratique », a-t-il ajouté.

En ce sens, il a appelé à la “conscience collective“, de telle sorte qu’il est possible que tous les acteurs politiques et sociaux puissent “travailler sur les désaccords” sans parvenir à des situations telles que celle vécue ce jeudi : “Nous devons travailler ainsi que la démocratie prévaut, pour que la loi prévale aussi ».

VIDE PRÉSIDENTIEL


La mort de Moise a laissé une sorte de “vide présidentiel” qui coïncide avec l’absence d’un Parlement élu et d’un gouvernement affaibli, avec un premier ministre, Claude Joseph, toujours en poste dans l’attente de l’achèvement d’une succession annoncée il y a si longtemps. quelques jours.

Montfort a souligné que « c’est la première fois » qu’Haïti vit une telle situation, mais a indiqué que la Constitution actuelle prévoit déjà que c’est le Premier ministre qui est « en charge de la gestion du pays », ce qui pour l’instant laisse Joseph – -ancien ambassadeur en Espagne- en tant que président “de facto” en attendant que la situation soit résolue.

Le Premier ministre, en effet, a déjà appelé au “calme” et a pris les rênes des contacts avec les différents partis. “Nous espérons que la population reste calme pendant que la police et la justice continuent de faire leur travail“, a convenu Montfort dans son interview.

Le pays doit avancer“, a-t-il ajouté, confiant dans la perspective que peut donner le calendrier électoral préparé par Moise, qui propose des élections en septembre. Le représentant haïtien en Espagne estime que ces élections continuent d’être « la porte » de la stabilité politique et a souligné que « le peuple est souverain »

admin