Les nouveaux ministres sommés de récupérer les biens de l’état détenus des secrétaires d’État de Jovenel Moïse

Les nouveaux ministres sommés de récupérer les biens de l’état détenus des secrétaires d’État de Jovenel Moïse .

La pratique est connue et est assez courante, d’un gouvernement à l’autre les fonctionnaires emportent une partie du mobilier. Dans une note de la primature publiée ce vendredi 13 Août, le secrétaire général de la primature Jude Charles Faustin demande aux nouveaux ministres de récupérer les biens meubles et immeubles non déposés par les membres du gouvernement de Jovenel Moïse.

Sous ordonnance du Premier ministre Ariel Henry, M. Faustin se réfère à l’arrêté du 19 juillet 2021 nommant les membres du Cabinet ministériel, pour notifier que le pays est dépourvu de secrétaire d’État, et que par conséquent aucun matériel de l’administration publique ne devrait rester en possession d’un personnel de cette fonction. La lettre circulaire en partie telle qu’elle a été publiée
“Sur Instruction du Premier Ministre et en référence à l’arrêté du 19 juillet 2021
nommant les membres du Cabinet ministériel, le Secrétaire Général de la Primature appelle l’attention de tous les Ministres sur le fait que le Gouvernement ne comporte pas de Secrétaire d’Etat.
En conséquence, il est demandé à tous les Ministres concernés de prendre les
dispositions nécessaires afin de récupérer tous les biens meubles et immeubles de l’Etat qui ont été mis à la disposition des Secrétaires d’Etat du Gouvernement précédent”

Rappelons que le 28 Juillet dernier M. Lyonel Valbrun , secrétaire général de la présidence avait annoncé qu’un inventaire sera effectué auprès des membres du cabinet de Jovenel Moïse . Il avait ordonné aux anciens hauts fonctionnaires de l’état “de bien vouloir remettre, au plus tôt, à l’administration générale du Palais national, tous les biens généralement quelconques qui se trouvent en leur possession, lesquels ont été mis à leur disposition pour des services qui ne fonctionnent plus depuis le décès tragique du chef de l’Etat” lisait-on dans cet avis. Quinze jours après, la primature à son tour est bien obligée de monter au créneau.

admin