Vertières, le lieu où le projet sanguinaire de Bonaparte à pris fin

Vertières, le lieu où le projet sanguinaire de Bonaparte à pris fin

Vertières est une localité située à l’entrée de la ville du Cap-Haïtien, elle est surtout connue comme le lieu du combat décisif qui a offert à la première République noire du monde, Haïti, son indépendance, le 1er janvier 1804. Le magazine Sakcho invite ses lecteurs à découvrir ce lieu historique dans ses colonnes.

Vertières, est un lieu historique, très facile à identifier grâce aux monuments érigés sur le site en 1953 par le président Paul Eugène Magloire. C’est le 18 novembre 1803 que ce lieu a pris sa place dans l’histoire haïtienne, après l’échec imminent du général Donatien de Rochambeau, envoyé spécial de Napoléon Bonaparte pour rétablir l’esclavage à Saint-Domingue. Sur cette colline mythique, les troupes de l’armée indigène menées par Jean-Jacques Dessalines et François Capois (Capois Lamort) ont tenu en échec, le projet sanguinaire de Bonaparte.

À l’issue de cette victoire, la France perd définitivement tous ses droits sur Saint-Domingue, colonie où de nombreux massacres et crimes contre l’humanité ont eu lieu.

Vertières, le lieu de la vengeance de Toussaint Louverture

En d’autres termes, Vertières est aussi le lieu où les indigènes ont vengé Toussaint Louverture. Précurseur de l’indépendance haïtienne, Toussaint avait aboli l’esclavage, en 1794, devenu gouverneur général de l’île, il fut trahi par les français, particulièrement Napoléon Bonaparte.

Une fois arrivé au pouvoir en 1799, le premier consul français a voulu restaurer l’esclavage à Saint-Domingue, il a envoyé des commissaires pour mettre en application son projet sanguinaire. Ses 23 000 soldats ont débarqué à Saint-Domingue au début de l’année 1802, conduite par le général Charles Leclerc, cette troupe a connu un grand échec face aux anciens esclaves, sous la conduite de Toussaint Louverture qui fut piégé par les français qui l’ont kidnappé et séquestré à Fort de Joux (en France), où il rendit l’âme en avril 1803.

Jean-Jacques Dessalines succéda à Toussaint et défia Rochambeau et ses 10 000 hommes, puis vengea son prédécesseur et décima les troupes des français à Vertières, le 18 novembre 1803.

Vertières au coeur du monde entier et source d’inspiration

La victoire des indigènes à Vertières obligea les garnisons françaises à se rendre l’une après l’autre, cette page de l’histoire a aussi révélé l’une des plus grandes déceptions de la plus puissante armée de l’époque. Ainsi, le 1er janvier 1804, la colonie devint indépendante et prit le nom de République d’Haïti.

L’échec des troupes de Bonaparte à Vertières fit de ce lieu, le centre de l’épouvante, cette victoire plongea le monde des colonisateurs dans un climat d’inquiétude, ce fut le renversement de l’ordre colonial esclavagiste. Les français ont redouté le nom Vertières plus de deux siècles avant de pouvoir accepter une proposition de l’écrivain et académicien haïtien Danny Laferrière, le 18 février 2019.

L’histoire de Vertières a inspiré d’autres peuples des pays de l’Amérique latine. Francisco de Miranda, héros de l’indépendance du Venezuela s’en est inspiré pour mener le combat de la libération son pays de la tutelle des espagnols. Simon Bolivar, s’en aussi inspiré pour libérer la Bolivie, l’Equateur et plusieurs autres pays de l’Amérique latine.

Patrimoine national

En 1953, le président Paul Eugène Magloire, originaire du Cap-Haïtien a fait ériger les statues connues sous le nom “Les héros de Vertières”, par un sculpteur cubain du nom de Juan Jose Sicre, dans le but d’attirer les touristes et aussi pour rappeler aux Haïtiens les sacrifices de leurs ancêtres durant la bataille de Vertières qui est à la base de la fondation nationale du pays. Ce dernier a aussi réalisé des sculptures d’autres leaders de l’Amérique sud comme Alexandre Sabès Pétion et Eugenio María de Hostos.

Le 13 août 1995, l’Institut de Sauvegarde du Patrimoine (ISPAN) a déclaré Vertières Patrimoine national.

REDACTION SAKCHO

Leave a Reply

Your email address will not be published.